Éric Sarner

© Claudio De Sat

 

 Il y eut un instant, avant l’heure, où

Simonide de Céos, le fameux poète lyrique,

chanta pour son hôte,

un noble de Thessalie nommé Scopas,

au cours d’un grand banquet.

Dès la fin du poème,

on avertit Simonide

que deux jeunes gens l’attendaient dehors.

Le poète sortit et, ne trouvant personne,

s’apprêtait à rejoindre les autres convives,

lorsque soudain

le toit de la salle du banquet s’effondra.

Un séisme.

Scopas et tous ses invités

gisaient maintenant sous les décombres.

Les secours,

les familles arrivèrent cherchant à reconnaître

à qui       à qui appartenait

chacun de ces corps broyés.

C’est alors que Simonide se rappela

les places que les invités occupaient à table.

Il indiqua quels étaient ces morts,

qui ils étaient.

C’est ainsi que naquit l’Art de la mémoire.

extrait de « Simples merveilles », livre d’artiste avec Michel Mousseau  ‘

(Éditions Dumerchez – 2018) et à paraître en édition courante.

Site personnel : ericsarner.com

Advertisements